• Le Guide régional pour la mise en oeuvre de la réglementation relative aux zones humides est issu des travaux du groupe de travail régional sur les zones humides qui associe les services de l’État (les 4 DDTM bretonnes et la DREAL) ainsi que l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne et l’Office National de l’eau et des milieux Aquatiques (ONEMA) depuis Janvier 2010.

    Il intègre en annexe une proposition de cahier des charges régional pour la réalisation des inventaires des zones humides.

    Destiné aux service de l’État, ce document est susceptible d’être utile également aux acteurs intervenants sur les zones humides et aux interlocuteurs des services de l’État.


    Télécharger :

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les avenants a répétition pris au sujet de l'installation de stockage des déchets non dangereux (ISDND) de Tréméoc usent les élus. «On se demande parfois s'il ne faut pas envoyer directement les camions à Laval», a souligné jeudi soir Jean-Paul Stanzel. Qui a rappelé que «le marché de maîtrise d'oeuvre pour l'extension avait été signé le 28décembre 2006. Cela fait six ans que cela dure, j'espère que ce sera le dernier avenant et que l'on pourra passer à l'enquête publique». Depuis 2006, le montant des avenants s'élève à plus de 54.000 EUR.
    in "Le télegramme"
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Télécharger « CR_CC_CCPBS_2012-09-27.pdf »

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Après l'hydrolien et l'éolien offshore, l'énergie produite par la houle va faire l'objet d'une expérimentation en baie d'Audierne.

    Un projet de ferme houlomotrice, qui vise à utiliser la force des vagues pour créer une énergie qui soit à la fois propre et renouvelable est à l'étude en baie d'Audierne. La zone retenue pour son implantation «n'est pas totalement arrêtée», assure Michel Canévet, président de la Communauté de communes du Haut Pays bigouden. Elle serait toutefois comprise entre Penhors (Pouldreuzic) et Gwendrez (Plouhinec). Le site choisi, considéré comme pilote, se situerait à un mille nautique (environ 2km) des côtes et la ferme pourrait, selon nos informations, voir le jour à l'horizon 2014.

    Houle


    Phase de pré-études

    «Nous sommes encore en phase de pré-études», souligne-t-on du côté de Nass & Wind, bureau d'études lorientais spécialisé dans le développement industriel des énergies renouvelables, marines notamment, qui n'a pas souhaité en dire plus. «Des contacts avec les différents partenaires ont été pris», assure de son côté Jos Le Gall, président du Sioca pour qui ce type de projet s'inscrit pleinement «dans le projet d'aménagement et de développement durable du Schéma de cohérence territorial». Ce projet est porté par DCNS, dont on connaît l'intérêt pour les énergies marines renouvelables. Fortum, producteur d'électricité finlandais, est également partenaire. C'est d'ailleurs avec lui que DCNS mène actuellement au large du Portugal une expérimentation à partir de panneaux métalliques rectangulaires attachés à un socle qui, en bougeant avec la houle, produisent de l'énergie. C'est ce principe qui aurait été retenu à en croire Michel Canévet. La zone retenue, 500m de long sur 30m de large, comprendrait, selon ce dernier, «trois panneaux de 20m, posés à même le sol et oscillant avec la houle». Ces panneaux seront immergés, entre 10 et 20 mètres sous le niveau de la mer (2 à 3mètres à marée basse) et la pêche sera interdite en surplomb.

    Cinq ans d'expérimentation

    Si le bureau d'études dit être encore en phase de concertation, «les études in situ vont être lancées», souligne Pierre Plouzennec, maire de Plozévet, troisième commune littorale concernée par ce projet novateur. Les études vont porter sur la courantologie et la sédimentologie des fonds. Côté production, la ferme devrait produire «l'équivalent d'une éolienne», précise Michel Canévet. «C'est expérimental, il faut voir, mais tout ce qui va dans le sens de la production d'énergie renouvelable est une bonne chose», poursuit l'élu. Le projet semble d'ailleurs plutôt bien accueilli. «Sur le principe général, je suis pour», explique Pierre Plouzennec. Qui attend désormais de connaître les modalités de mise en oeuvre de cette ferme houlomotrice dont l'expérimentation devrait durer cinq ans.

    in "Le Télégramme"

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire

  • Mobilité : le bus à la demande (Combrit) par TeBeO

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les premiers engins débuteront le dragage du port de Concarneau (Finistère) courant octobre. Ce mois de septembre est donc réservé à la préparation du chantier (notes techniques, réalisation des plans…) L’objectif est de retirer 1,50 mètre de vase le long des deux quais de la réparation navale afin de permettre aux grosses unités d’accoster, ce qui devient de plus en plus problématique. « Les travaux dureront au maximum six mois », assure le conseil général, financeur du projet de dragage. in "Ouest France"

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires