• Conseil Municipal du 27 mars 20143 : EXTENSION DE L’INSTALLATION DE STOCKAGE DE DECHETS NON DANGEREUX (ISDND) DU YEUN A TREMEOC

    Monsieur le Maire présente le dossier.Prenant en compte la nécessité pour notre Communauté de communes de réaliser dans les meilleurs délais une extension et une mise aux normes de son installation de déchets non dangereux au lieu- dit « Le Yeun » en Tréméoc, au titre de la législation sur les installations classées pour la protection de l’environnement.

    Le Conseil Municipal, après avoir délibéré, décide à la majorité avec 12 voix pour, 8 abstentions et 1 voix contre, d’émettre un avis favorable assorti des réserves suivantes :

    • Le casier n°2 tel qu’il apparait dans le document soumis à la présente enquête publique ne sera pas réalisé compte tenu de sa grande proximité avec le tissu hydrographique alimentant la rivière « le Corroac’h » qui se jette en aval dans l’Odet.

    En outre, le Conseil Municipal demande :

    • La mise à jour de l’inventaire des cours d’eau dans le secteur concerné.
    • La participation du Syndicat de la vallée de l’Odet à la commission de surveillance du site.
    • La surveillance régulière de la qualité des eaux sur chacun des ruisseaux et notamment à leurs sources, au droit des limites ouest et est du CETD. Ces contrôles devront être réalisés par un organisme indépendant de l’opérateur et seront communiqués bimestriellement au Sivalodet, gestionnaire du bassin versant.
    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Conseil Municipal du 27 mars 2013 : INCORPORATION D’UNE PARCELLE DANS LE PATRIMOINE COMMUNAL

    Monsieur Jacques Beaufils, adjoint aux finances, présente le dossier.
    Suite à la procédure de bien sans maître, la commune est devenue propriétaire de la parcelle AR n° 148 avenue de la Plage pour laquelle une valeur doit être attribuée.
    Le Conseil Municipal, après avoir délibéré, décide à l’unanimité d’approuver l’incorporation dans le patrimoine communal de la parcelle AR n° 148 pour une valeur de 206 500 € (2065 m² x 100 € le m²)

    Conseil Municipal du 27 mars 2013 : INCORPORATION D’UNE PARCELLE DANS LE PATRIMOINE COMMUNAL

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Urbanisme. Le conseil décide de procéder à la dénomination de rues dans le secteur de Kerrien Allan avec « Hent de Kerrien Allan » et « Impasse du Pouldon » ; dans le lotissement « Hameau de Kéridreux » une voie est dénommée « rue Pierre Schoendoerffer » et dans la division Chauvel une voie portera le nom « Impasse Anatole Le Braz ». Suite à une procédure de bien sans maître la commune est devenue propriétaire d'une parcelle au 148, avenue de la plage le conseil approuve son incorporation dans le domaine communal pour une valeur de 206 500 € (100 € le m²).

    Travaux. Le conseil donne son accord pour s'engager à réaliser des travaux au centre nautique de sainte-Marine pour que ce centre puisse conserver son label « École française de voile ». Ces travaux (remise aux normes accessibilité et sécurité, sanitaires...) seront soumis à l'accord préalable de l'architecte des Bâtiments de France. Le conseil décide également de réhabiliter la capitainerie pour assurer un accueil des plaisanciers plus adapté, le montant est estimé à 150 000 €, un lancement de consultation sera mis en place pour le choix d'un maître d'oeuvre. Le conseil décide aussi, dans le cadre de l'extension de la médiathèque, d'acquérir du mobilier pour un montant de 2 353 € (subventionné à 50 %).

    Personnel. Accord du conseil pour créer un contrat d'accompagnement dans l'emploi pour assurer différentes missions au Fort, à l'agence postale et à l'Abri du Marin durant la saison estivale.

    in "Ouest France"

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Calendrier prévisionnel du SCOT Ouest Cornouaille

    Télécharger « download »

    Calendrier SIOCA SCOT Ouest Cornouaille

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • « On est loin des quelques millimètres assurés dans les dossiers de présentation du projet », lit-on ce samedi matin sur le site du Comité départemental des pêches et des élevages marins.

    Un rapport attendu

    Vendredi, la question du rejet en mer par clapage, face au Guilvinec, des vases issues du dragage du port de Loctudy a été abordée au conseil du Comité départemental des pêches. Le trait expérimental de chalut réalisé jeudi 28 mars dans la zone de clapage des vases semble attester la thèse, défendue par les pêcheurs et leurs représentants, selon laquelle les rejets pourraient avoir des conséquences néfastes sur l’environnement et, corrélativement, sur la pêche. « Les résultats montrent clairement que les zones de clapage sont recouvertes de blocs de vase extrêmement compacts et collants, de cailloux pouvant dépasser 70 kg et de débris tel qu’un extincteur, débris divers », résume le secrétaire du Comité. À bord du chalutier du Guilvinec qui a réalisé ce traict expérimental, se trouvaient un huissier et un permanent du comité, lequel « attend le rapport de l’huissier et des analyses qui sont en cours »

    in Ouest-France

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Carénage. Un schéma directeur à l'étude

    Carénage. Un schéma directeur à l'étude.
    Sur le territoire du Sage Ouest-Cornouaille, seul le port du Guilvinec possède une aire de carénage.

    Un schéma directeur de carénage est en projet à l'échelle du Sage Ouest-Cornouaille.
    Objectif visé : équiper le territoire en mutualisant les investissements.

    Le Sage Ouest-Cornouaille travaille à améliorer la qualité des eaux littorales. Dans cette optique, il souhaite se doter d'un schéma directeur de carénage pour les bateaux de plaisance. L'objectif est « d'équiper convenablement le territoire » tout en envisageant « des mutualisations d'investissements », souligne le cahier des clauses techniques joint à l'appel d'offres qui vient d'être lancé. Dans ce document, il est rappelé que « le nettoyage des coques de bateaux sans récupération des eaux souillées contribue à la dégradation de la qualité chimique » et qu'« une règle visant à interdire ce type de pratiques est à l'étude ». Reste que sans équipements adéquats, il sera bien difficile de faire appliquer cette règle.

    Des projets à Loctudy et Lesconil

    Dans son appel à manifestation d'intérêt pour la gestion intégrée des zones côtières, le Sioca constatait que les aires de carénage étaient insuffisamment nombreuses sur le territoire pour répondre aux besoins des activités maritimes. Cette « demande est exprimée aussi bien par la plaisance que par la pêche et exige des réponses rapides », pouvait-on lire dans ce document de 2010. Une problématique que pointe forcément le document d'orientation et d'objectifs (Doo) du Schéma de cohérence territoriale (Scot) de l'Ouest-Cornouaille. Pour qui il convient d'« assurer un assainissement adéquat pour les ports et les zones de carénage ». Une réflexion qui devra tenir compte « des besoins pour les petites unités afin de lutter contre les pollutions sauvages ». Le Sage souhaite donc « réaliser des aires ou cales permettant la récupération et le traitement des déchets dans un nombre suffisant et soutenable économiquement ». À l'échelle du territoire, 550 km² et 36 communes, une seule aire existe au Guilvinec. Deux sont en projet, à Loctudy, à Lesconil. Un autre est en cours de réalisation à Audierne. Les travaux (500.000 € subventionnés à hauteur de 20 % par l'Europe) ont débuté en décembre dernier et vont permettre de moderniser le carénage pour les ports d'Audierne et de Plouhinec. Un projet que le monde de la plaisance conteste considérant ne pas avoir été consulté.

    Travail participatif

    Outre le « recensement de la qualité des sédiments portuaires », l'étude devra faire « une proposition d'aménagement de sites pour équiper le territoire », tout en recensant les sites existant dont ceux qualifiés de « sauvages » car ne disposant pas de systèmes de récupération des eaux souillées. Un travail qui, souligne le cahier des clauses techniques, devra se faire « de manière participative avec un groupe de travail spécialisé émanant de la commission locale de l'eau du Sage ». Groupe dans lequel on trouvera des représentants des élus des communes littorales disposant d'installations portuaires, les services de l'État mais aussi des représentants des associations de plaisanciers. Le choix du prestataire devrait se faire courant avril pour une restitution finale en décembre 2013.

    Développer les ports à sec

    Au-delà du carénage, le Sage souhaite également « développer les ports à sec ». Une approche évoquée là encore dans le document d'orientation et d'objectifs qui entend répondre aux besoins des ports en équipement. Mais, précise ce même document, « il ne faut pas que les ports se transforment en "parking à bateaux" ». Affaire à suivre donc.

    • Stéphane Guihéneuf "Le Télégramme"
    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires