• Hier, les élus ont visité le site, ouvert en 1983. La durée de vie de l'outil rénové est de 17 ans.

    Après deux ans d'arrêt pour déficiences techniques et remise aux normes, l'usine de compostage des déchets ménagers a été inaugurée, hier. Désormais, un compost aux normes est produit sans odeur.

    Quatre ans. C'est le temps qu'il aura fallu à l'usine de compostage des déchets ménagers de Lézinadou à Plomeur pour faire peau neuve.

    Depuis un mois, les déchets ménagers communautaires ont repris le chemin de l'usine pour être transformés en compost. Le Pays bigouden sud produit 11 000 tonnes de déchets ménagers par an, dont environ la moitié est ainsi valorisée, tandis que l'autre est enfouie à Tréméoc. Ou plutôt, était, en fait, car le centre de stockage de déchets ultimes de Tréméoc attend son extension pour fonctionner à nouveau.

    Avant lui, c'est l'usine de Lézinadou, elle-même, qui a été stoppée. Pendant deux ans (2011 et 2012), le tout nouveau BRS (bio réacteur stabilisateur), a donné du fil à retordre aux élus communautaires. Il est tombé en panne et il aura fallu nombre de procédures contentieuses, « de patience et de persévérance », pour le réparer. Les essais ont redémarré en avril.

    61 000 m 3 à l'heure

    Hier, à l'inauguration des installations, le président de la communauté de communes, Jean-Paul Stanzel, a mis l'accent sur le résultat. « C'est une renaissance », a-t-il résumé pour évoquer le chemin parcouru. Aujourd'hui, le compost produit (7 000 tonnes par an) répond aux normes. Autre gros progrès : les riverains ne subissent plus les désagréments des odeurs de fermentation. Le site est totalement confiné et un équipement sophistiqué désodorise 61 000 m 3 d'air par heure.

    Un effort a aussi été fait pour utiliser l'eau de pluie du site pour le lavage des camions et limiter le rejet des eaux usées du process dans le réseau d'assainissement.

    Cette remise à neuf de l'usine aura coûté 8,5 millions d'euros, auxquels le conseil général aura participé à hauteur de 10 %. Hier, son président Pierre Maille a expliqué que cette contribution avait été accordée après de longues discussions, à la condition que le territoire entre dans le schéma départemental des déchets, et donc, dans une logique de mutualisation des moyens, ouvre ses équipements à d'autres collectivités. Avec une capacité de traitement de 18 000 tonnes de déchets par an, l'outil bigouden pourra traiter 7 000 tonnes de déchets extérieurs.

    2 à 3 € la tonne

    « Ces investissements sont réalisés dans un cadre financier maîtrisé, a déclaré Jean-Paul Stanzel. Le coût du service des déchets a baissé de 1,5 % en 2012 et la taxe d'enlèvement des ordures ménagères n'a pas augmenté depuis deux ans. »

    Le site de Lézinadou, qui intègre les déchets verts communautaires dans le process de fabrication, dispose à présent de deux outils performants et aux normes. L'usine de compostage des déchets ménagers inaugurée hier, et celle, plus récente, de compostage des boues issues du traitement des eaux usées des stations d'épuration. La capacité de traitement de cette seconde unité est de 10 000 tonnes de déchets verts par an et de 3 700 tonnes de boues de stations d'épuration. Le site en entier fabrique 10 730 tonnes de compost. Il est majoritairement revendu aux bulbiculteurs, pour 2 à 3 € la tonne.

    Corinne ARGENTINI.

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • C'est, en tonnes, le volume des déchets ménagers collectés en Pays bigouden sud en 2012. Un chiffre en baisse de 2,1 % par rapport à 2011. Un peu moins de la moitié est valorisé en compost.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le comité syndical du Sivom réuni mardi, salle de la mairie, a décidé, à l'unanimité, de confier les travaux d'extension du réseau des eaux usées à Kerdréanton au cabinet Le Doaré, également maître d'oeuvre de la SCI Kalao, établissement vendu récemment, où les propriétaires doivent prochainement raccorder le bâtiment au réseau d'assainissement des eaux usées. Un poste de refoulement ainsi qu'une conduite devra être posée jusqu'au réseau existant au Croissant par la SCI Kalao. Le Sivom a donc décidé de profiter de ces travaux pour poser une conduite en gravitaire afin de raccorder les habitations existantes de ce quartier.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • COMPOSITION DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE CCPBS

    CONSEIL MUNICIPAL DU 26 juin 2013

    COMPOSITION DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE


    Monsieur le Maire rappelle qu’en application des statuts approuvés par arrêté préfectoral du 28 décembre 1993, le conseil communautaire compte aujourd’hui 46 conseillers titulaires et 12 conseillers suppléants (1 par commune).


    La loi du 16 décembre 2010, complétée le 31 décembre 2012, modifie la composition des conseils communautaires ; le nouvel article L 5211-6-1 du Code Général des Collectivités Territoriales dispose que «le nombre et la répartition des délégués sont établis :
    soit, dans les communautés de communes et les communautés d'agglomération, par accord des deux tiers au moins des conseils municipaux des communes intéressées représentant la moitié de la population totale de celles-ci ou de la moitié des conseils municipaux des communes intéressées représentant les deux tiers de la population totale. Cette répartition tient compte de la population de chaque commune. Chaque commune dispose d'au moins un siège et aucune commune ne peut disposer de plus de la moitié des sièges. Le nombre de sièges total ne peut excéder de plus de 25 % le nombre de sièges qui serait attribué en application des III et IV du présent article ;
    soit selon les modalités prévues aux II à VI du présent article », soit sur la base d’un accord local.


    En application de cet article, la communauté de communes du pays bigouden sud – dont la population INSEE est de 37.369 au 1er janvier 2013 – aurait un conseil fixé « de droit » à 34 conseillers, chiffre pouvant être porté à 36 afin de permettre à toutes les communes d’élire au moins un délégué au conseil de communauté.


    Cependant, un accord local permettrait de porter le nombre de conseillers communautaires à 45 (composition de droit + 25%). Une proposition examinée en bureau communautaire a été soumise au conseil de communauté concernant le nombre de conseillers et la répartition des sièges.


    Elle tient compte de 2 critères :
    1. La solidarité qui permet à chaque commune, grande ou petite, d’être représentée par 2 conseillers, soit 24 membres
    2. L’importance de la population pour l’attribution des 21 sièges restants en tenant compte de strates démographiques au-delà de 2.000 habitants.
    La désignation de suppléants n’est plus possible, chaque commune ayant au moins 2 délégués.


    Le Conseil Municipal, après avoir délibéré, approuve à l’unanimité :
    la composition du conseil communautaire à quarante-cinq membres
    la répartition des sièges telle qu’elle figure en annexe de la présente délibération

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    SCHEMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES

    CONSEIL MUNICIPAL DU 26 juin 2013

    SCHEMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES


    Monsieur Henri Stephan présente le dossier.


    Dans le cadre de l’élaboration du PLU, la commune doit réaliser une étude concernant le schéma directeur des eaux pluviales.


    Des subventions peuvent être obtenues à l’Agence de l’Eau (30%) et au Conseil Général (20%).


    Le Conseil Municipal, après avoir délibéré, décide à l’unanimité de :
    Prendre note de la réalisation d’une étude concernant le schéma directeur des eaux pluviales pour un montant HT de 12 035 € et l’attribution de ce marché à DCI Environnement
    autoriser le Maire à solliciter les subventions correspondantes

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • DENOMINATION DE RUES

    CONSEIL MUNICIPAL DU 26 juin 2013

    DENOMINATION DE RUES


    Monsieur Christian Loussouarn, adjoint à l’urbanisme, présente le dossier.


    Après avis favorable de la commission d’urbanisme du 19 juin 2013, le Conseil Municipal, après avoir délibéré, approuve à l’unanimité la dénomination des voies suivantes selon les plans ci-joints :


    Lotissement Le Clos des Châtaigniers
    Les membres de la commission d’urbanisme proposent de dénommer la voie : Impasse des Châtaigniers – Hent-Dall Ar Gwez Kistin
    Lotissement « Hameau de Kerbenoen et Résidence de Kerbenoen »
    Les membres de la commission d’urbanisme proposent de dénommer la voie : Hent Kerbenoen Nevez
    Lotissement « Hameau du Roz »
    Les membres de la commission d’urbanisme proposent de dénommer la voie : Impasse Mathurin Méheut
    Lotissement Stéphan et Cariou – Pays du Fruit
    Les membres de la commission d’urbanisme proposent de dénommer la voie : Impasse de Menez Bras - Hent-Dall Menez Bras

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires