• Conseils pour le pêcheur à pied responsable

    Conseils pour le pêcheur à pied responsable

    Rédigé par :

    Julie Pagny (GIPBE)

    En collaboration avec : Franck Delisle Vivarmor Nature (GEPN) ,  Gérard Véron Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer de Brest (Ifremer Brest) , Jacques Doudet (crpmem) ,  Thierry Panaget Agence régionale de santé Bretagne (ARS Bretagne)

    Pêcheurs à pied amateurs

    La période estivale est propice aux petites virées au bord de la mer… à la recherche de coquillages et crustacés. Malheureusement, la méconnaissance des bonnes pratiques et du milieu naturel, pourrait, à terme, faire disparaître la ressource mais aussi une activité traditionnelle.

    Tout le littoral n’est pas autorisé à la pêche à pied de loisir. Certaines zones littorales peuvent provisoirement être fermées en raison de la dégradation naturelle ou d’origine humaine du milieu, rendant les coquillages impropres à la consommation. Suite aux résultats du réseau de surveillance de l'Agence régionale de santé, les zones de pêche à pied de loisir sont classées en quatre catégories : A, B, C et D selon leur degré de salubrité. La pêche en zone C est interdite et de fait dans les zones D interdite à toute exploitation, à tout type de pêche. Les zones classées en zone B sont déconseillées. Les gisements de classe A sont les seuls qui offrent des conditions sanitaires acceptables même si le risque nul n’existe pas.

    En 2008, 26,2 % des sites contrôlés étaient interdits à la pêche à pied.
    La pêche à pied peut être interdite en permanence. C’est le cas à l'intérieur de la limite administrative des ports ou dans certaines zones protégées comme c’est le cas sur près de 100 hectares dans l’archipel des Sept-îles, réserve naturelle nationale.

    Tous les sites de pêche à pied dont les contrôles sanitaires ont révélé une contamination font l’objet d’un arrêté préfectoral portant interdiction de ramassage des coquillages. Cet arrêté est alors consultable en mairie et affiché à l’entrée du site. Il est de la responsabilité des amateurs de pêche à pied de se renseigner avant de pratiquer leur activité. De plus, la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales met en ligne sur son site internet les sites faisant l’objet d’interdiction illimitée de ramassage de coquillages.
    Il faut garder à l’esprit que la totalité du linéaire côtier n’est pas surveillée pour le paramètre microbiologie. Donc, avant de partir pêcher, il faut s’assurer que le site se situe dans une zone contrôlée.

    Respecter les périodes de prélèvement

    En 2008, l’enquête réalisée par VivArmor Nature indique que 83 % des pêcheurs à pied ne connaissent pas les tailles minimales de capture ou les périodes de prélèvement des animaux pêchés. Pourtant, une pratique mesurée et effectuée avec quelques précautions très simples permet d’assurer la pérennité de la ressource et de l’activité de pêche à pied.
    Pour se faire, il est nécessaire que les juvéniles arrivent à maturité pour pouvoir se reproduire.
    Il est déconseillé de prélever des femelles ayant des œufs. Pour les crevettes, les crabes ou les araignées, elles sont facilement identifiables.
    Les périodes de fermetures, pour certaines espèces, permettent à la ressource de se reconstituer. Les limitations journalières de capture, valables pour toutes les espèces, s’appliquent aussi en ce sens.

    Pratiquer une pêche respectueuse de l’environnement et sans danger pour le pêcheur

    Bien pêcher ? C’est :

    • respecter les tailles minimales de capture fixées par la réglementation (préservation des espèces) ;
    • pêcher des spécimens vivants immergés ou récemment émergés ;
    • ne pas prélever des femelles ayant des œufs ;
    • rafraîchir les coquillages lors de la pêche ;
    • replacer les cailloux retournés dans leur position initiale et ainsi respecter la faune (le retournement provoque une perte de biodiversité de l'ordre de 30 %, ce qui est considérable) ;
    • si on utilise les algues pour protéger les coquillages pendant le transport, ne pas les arracher mais les couper au couteau à 10 cm de leur base ;
    • ne pas utiliser des outils destructeurs pour le milieu. Il faut utiliser des outils homologués ;
    • ne pêcher que le nécessaire à sa consommation pour ne pas piller la ressource ;
    • ne pas vendre les produits de la pêche à pied. Cela est strictement interdit.

    Attention, la pêche à pied est permise uniquement du lever au coucher du soleil.

    Bien consommer ? C’est :

    • laver soigneusement les coquillages ;
    • ne pas laisser les coquillages à la chaleur ;
    • consommer les coquillages le jour même ;

    Attention, la cuisson permet seulement de réduire les risques microbiologiques mais pas ceux liés à la présence de toxines et de métaux lourds.

    Quelques conseils de sécurité pour le pêcheur :

    • respecter les interdictions d’accès et tenir compte des avertissements (panneaux, affiches) placardés près des accès au platier ou sur les panneaux d’affichage de la mairie du lieu de pêche ;
    • prendre connaissance de l’heure de la marée montante (presse locale, indicateurs de marée chez les marchands de journaux, office de tourisme) ;
    • préférer une zone de pêche contrôlée au niveau sanitaire. Toutes ne le sont pas. D’une manière générale, éloignez-vous des milieux présentant des risques de contamination : rejets et écoulements suspects, ports, zones de mouillages et estuaires ;
    • ne pas aller pêcher seul et prévenir quelqu’un de l’endroit et de l’heure du retour ;
    • se méfier des zones où il n’y a personne ;
    • ne pas manipuler d’objet suspect, ne pas poser les pieds dessus (déchets dangereux) ;
    • emporter une boisson pour éviter la déshydratation ;
    • prévoir des vêtements et chaussures adaptés ;
    • penser que le téléphone portable ne fonctionne pas toujours ;
    • se renseigner localement sur les endroits infranchissables à marée haute ;
    • estimer le temps que l’on va passer sur l’estran, y compris pour revenir au point de départ sécurisé.

    Le tableau ci-dessous, non exhaustif, propose une présentation globale. Chaque département peut proposer des périodes de pêche, des quantités maximales quelque peu différentes selon les espèces présentes sur leur secteur et ce en fonction de problématiques locales. Un arrêté ministériel ou un arrêté préfectoral peut modifier à tout moment ces références. Il faut donc se renseigner à chaque sortie d’une éventuelle évolution auprès des Directions départementales des affaires maritimes ou des mairies.

    Tailles, périodes et outils - recommandations pour la pêche à pied :

    Quelques exemples non exhaustifs des tailles minimales des espèces couramment pêchées en Bretagne, les périodes de pêche et les outils autorisés à la pêche à pied.

    Règle de pêche à pied de Vivarmor nature :

    téléchargez la règle des tailles règlementaires des coquillages et crustacés pêchés à pied. La version immergeable est distribuée au local et sur les sites d'étude de Vivarmor nature.Vous pourrez emmener cette règle lors de vos sorties de pêche pour vérifier les tailles de vos prises.

    Sources

    Synthèse des résultats finaux de l'enquête Ifremer sur la pêche de loisir en mer - Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer et Institut BVA - 2009

    Pêche à pied de coquillages

    Surveillance sanitaire des coquillages et sites de pêche à pied de Bretagne La pêche à pied dans la réserve naturelle de la baie de Saint-Brieuc

    Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :