• Des digues intégrant des systèmes hydroliens et houlomoteurs pour produire de l'électricité : c'est le projet présenté aujourd'hui et portant sur les ports de Saint-Guénolé-Penmarc'h et d'Esquibien, dans le Finistère sud.

     

    Six sites finistériens avaient été étudiés pour de telles installations, mais c'est le potentiel des deux ports du sud du département, très exposés aux fortes houles, qui a été retenu par le Centre d'études techniques maritimes et fluviales (Cetmef).

    Lors de leur renouvellement, leurs digues seront équipées de systèmes de batteurs-flotteurs pour faire des ports de véritables "usines électriques" et permettre l'utilisation de cette énergie par les installations portuaires comme par les navires, a indiqué Philippe Sergent, directeur scientifique du Cetmef.

    Une ferme houlomotrice à deux kilomètres des côtes
    Toujours au chapitre des énergies renouvelables, la phase d'étude de la ferme houlomotrice de la baie d'Audierne commencera en juin pour aller vers une production le plus rapidement possible, avec un objectif pour 2016. Elle occupera un secteur allant de Pouldreuzic à Plozévet, à deux kilomètres des côtes, et devrait produire jusqu'à quatre millions de kW/h par an, selon la DCNS, porteuse du projet avec la société Fortum.

    "Le Télégramme"

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le projet de ferme houlomotrice en Baie d'Audierne (Le Télégramme du 21 septembre 2012) est toujours d'actualité. Vendredi soir, Pierre Plouzennec, maire de Plozévet, l'une des communes concernées par le projet, a expliqué qu'un représentant de DCNS devait le rencontrer à ce sujet mercredi. De son côté, la maire de Pouldreuzic, contactée hier, expliquait n'avoir toujours pas été sollicitée.

    Entre Penhors et Pors-Poulhan

    Selon le maire de Plozévet, « l'affaire a pris un peu de retard » mais n'est pas abandonnée. La zone retenue pour l'implantation de cette ferme se situerait finalement « entre le port de Penhors et le port de Pors-Poulhan », soit au large d'une zone comprise entre Pouldreuzic et Plozévet. Comme nous l'écrivions déjà en septembre dernier, DCNS va travailler avec Fortum, producteurs d'électricité finlandais. DCNS va s'occuper de la partie « éléments marins » et Fortum de la partie ingénierie électrique. « Cette ferme houlomotrice devrait être implantée à un mille nautique (environ 1,8 km) du rivage par 20 à 30 mètres de fond. Des couloirs de navigation seront interdits à la navigation », explique Pierre Plouzennec.

    Colloque mercredi

    Mercredi doit se tenir, à Plozévet, un colloque sur les énergies marines sur le thème : « Quelles énergies marines renouvelables pour la Cornouaille ? », organisé par Quimper-Cornouaille Développement, dans le cadre de sa GIZC (gestion intégrée des zones côtières) de Cornouaille. Ce colloque doit rassembler différents intervenants sur l'énergie et les énergies marines renouvelables. Les différents projets existant en Cornouaille, dont celui de ferme houlomotrice, seront présentés.

    • Stéphane Guihéneuf avec Laurence Prime "Le Télégramme"
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Colloque "Quelles Energies Marines Renouvelables pour la Cornouaille?"

    Quimper Cornouaille Développement organise le 22 mai 2013 à Plozévet un colloque "Quelles Energies Marines Renouvelables pour la Cornouaille?".

    La Cornouaille, territoire péninsulaire au sein d’une région péninsulaire, doit faire face à une double fragilité: elle dépend fortement d’approvisionnements énergétiques extérieurs et sa position géographique la situe en bout de réseau loin des principaux sites de production. Notre territoire concentre ainsi l’ensemble des enjeux auxquels doit faire face la région Bretagne en matière énergétique. 
    Dans ce contexte local, les Energies Marines Renouvelables (EMR) apparaissent comme une réelle opportunité de développement. 
    L’organisation du colloque « EMR en Cornouaille » s’inscrit dans cette réflexion. 
    Consultez le programme du colloque "Quelles Energies Marines Renouvelables pour la Cornouaille?"

    * sur invitation

     De nombreux élus locaux et régionaux seront présents...

    Pierre PLOUZENNEC (Maire de Plozévet et Vice-Président du Haut Pays Bigouden), Jean-Claude SACRÉ (Président de Concarneau Cornouaille Agglomération, élu référent énergie), Jean-Paul STANZEL (Président du Pays Bigouden Sud, Elu référent maritime), Dominique RAMARD, (Vice-président délégué à l’énergie au Conseil régional de Bretagne), Armelle HURUGUEN, (Vice-présidente déléguée à l’eau et à l’énergie au Conseil général du Finistère), Denez L’HOSTIS (Vice-président de Quimper Communauté, Elu référent plan climat de la Cornouaille), Marc ANDRO (Vice-Président Quimper Cornouaille Développement).

    De nombreux élus locaux et régionaux seront présents:

    • Pierre PLOUZENNEC, Maire de Plozévet et Vice-Président de la Communauté de Communes du Haut Pays Bigouden
    • Jean-Claude SACRÉ, Président de Concarneau Cornouaille Agglomération, Elu référent énergie pour la Cornouaille
    • Jean-Paul STANZEL, Président de la Communauté de Communes du Pays Bigouden Sud, Elu référent maritime de la Cornouaille
    • Dominique RAMARD, Vice-président délégué à l’énergie au Conseil régional de Bretagne
    • Armelle HURUGUEN, Vice-présidente déléguée à l’eau et à l’énergie au Conseil général du Finistère
    • Denez L’HOSTIS, Vice-président de Quimper Communauté, Elu référent plan climat de la Cornouaille
    • Marc ANDRO,Vice-Président délégué de Quimper Cornouaille Développement

    Pratique

    * Inscription sur invitation
    Lieu: Salle Avel-Dro
    Centre Culturel du Haut Pays Bigouden
    39bis avenue Georges Le Bail
    29710 Plozévet
    www.avel-dro.com
    Date et horaires: Mercredi 22 mai 2013 de 14h30 à 18h

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • La Région organise une consultation sur ce projet de schéma qui vise à définir des objectifs et des orientations régionales à l’horizon 2020 et 2050.

    Le cadre du Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie a été défini par la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement (dite Loi Grenelle II). Le SRCAE fait l'objet d'une élaboration sous la double autorité du Préfet de région et du Président du Conseil régional.

    Ce schéma vise à définir des objectifs et des orientations régionales à l’horizon de 2020 et 2050 en matière de lutte contre la pollution atmosphérique, de maîtrise de la demande énergétique, de développement des énergies renouvelables, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux changements climatiques.

    Consultation publique du schéma : du 26 décembre 2012 au 15 mars 2013

    La consultation et la mise à disposition du public sont organisées conjointement par l’État et la Région sur le projet de schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE) de la Bretagne, conformément au Décret n°2011-678 du 16 juin 2011 relatif aux schémas régionaux du climat, de l’air et de l’énergie.

    Toutes les Bretonnes et tous les Bretons peuvent émettre un avis sur le projet de schéma qui peut être téléchargé dans son intégralité ici.

    A consulter également :
    -
    l'avis de consultation publique
    - le rapport de session du Conseil régional (décembre 2012)
    -
    l'avis du Ceser (décembre 2012)
    - le schéma éolien breton

    Pour donner votre avis ou celui de l’organisme auquel vous êtes rattaché(e), deux solutions sont possibles :
    - par voie électronique, à l’adresse suivante : srcae.dreal-bretagne@developpement-durable.gouv.fr

    - ou par courrier, à l’une des adresses suivantes :

    - Préfecture de la région Bretagne - 3, avenue de la préfecture - 35026 Rennes Cedex 09
    - DREAL Bretagne L'Armorique - 10, rue Maurice Fabre - CS 96515 - 35065 Rennes cedex
    - Conseil régional de Bretagne – 283 avenue du général Patton CS 21101 – 35711 Rennes Cedex7

    Il est également possible de consulter le projet de Schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie de Bretagne aux sièges du Conseil régional, de la Préfecture de région, des préfectures de départements et des sous-préfectures, ainsi qu'aux quatre points Région.

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Après l'hydrolien et l'éolien offshore, l'énergie produite par la houle va faire l'objet d'une expérimentation en baie d'Audierne.

    Un projet de ferme houlomotrice, qui vise à utiliser la force des vagues pour créer une énergie qui soit à la fois propre et renouvelable est à l'étude en baie d'Audierne. La zone retenue pour son implantation «n'est pas totalement arrêtée», assure Michel Canévet, président de la Communauté de communes du Haut Pays bigouden. Elle serait toutefois comprise entre Penhors (Pouldreuzic) et Gwendrez (Plouhinec). Le site choisi, considéré comme pilote, se situerait à un mille nautique (environ 2km) des côtes et la ferme pourrait, selon nos informations, voir le jour à l'horizon 2014.

    Houle


    Phase de pré-études

    «Nous sommes encore en phase de pré-études», souligne-t-on du côté de Nass & Wind, bureau d'études lorientais spécialisé dans le développement industriel des énergies renouvelables, marines notamment, qui n'a pas souhaité en dire plus. «Des contacts avec les différents partenaires ont été pris», assure de son côté Jos Le Gall, président du Sioca pour qui ce type de projet s'inscrit pleinement «dans le projet d'aménagement et de développement durable du Schéma de cohérence territorial». Ce projet est porté par DCNS, dont on connaît l'intérêt pour les énergies marines renouvelables. Fortum, producteur d'électricité finlandais, est également partenaire. C'est d'ailleurs avec lui que DCNS mène actuellement au large du Portugal une expérimentation à partir de panneaux métalliques rectangulaires attachés à un socle qui, en bougeant avec la houle, produisent de l'énergie. C'est ce principe qui aurait été retenu à en croire Michel Canévet. La zone retenue, 500m de long sur 30m de large, comprendrait, selon ce dernier, «trois panneaux de 20m, posés à même le sol et oscillant avec la houle». Ces panneaux seront immergés, entre 10 et 20 mètres sous le niveau de la mer (2 à 3mètres à marée basse) et la pêche sera interdite en surplomb.

    Cinq ans d'expérimentation

    Si le bureau d'études dit être encore en phase de concertation, «les études in situ vont être lancées», souligne Pierre Plouzennec, maire de Plozévet, troisième commune littorale concernée par ce projet novateur. Les études vont porter sur la courantologie et la sédimentologie des fonds. Côté production, la ferme devrait produire «l'équivalent d'une éolienne», précise Michel Canévet. «C'est expérimental, il faut voir, mais tout ce qui va dans le sens de la production d'énergie renouvelable est une bonne chose», poursuit l'élu. Le projet semble d'ailleurs plutôt bien accueilli. «Sur le principe général, je suis pour», explique Pierre Plouzennec. Qui attend désormais de connaître les modalités de mise en oeuvre de cette ferme houlomotrice dont l'expérimentation devrait durer cinq ans.

    in "Le Télégramme"

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique