• Mercredi soir s'est tenue en mairie une réunion du Sivom Combrit-Sainte-Marine, présidée par Jean-Claude Dupré. Le comité syndical a adopté la création d'un emploi pour un agent ayant réussi son examen d'adjoint technique de 1re classe, validé les tarifs de participation pour le financement de l'assainissement collectif, soitune taxe de raccordement à l'égout pour une habitation déjà équipée d'un assainissement individuel à 828EUR, une taxe de raccordement pour habitation déjà équipée mais non conforme à 1.340EUR, 2.680 EUR pour un assainissement individuel posé par le demandeur, 3.508 EUR si le siphon est posé par le Sivom, 670 EUR pour une chambre d'hôtel ou un emplacement de camping type chalet ou habitation légère. Côté assainissement toujours, la préfecture a informé le Sivom de la conformité du système d'assainissement au regard de la réglementation en vigueur, ainsi que son aval concernant les analyses qualitatives. Puis les élus ont validé la cession des terrains situés à Bonèze vers la commune de Combrit. Tourisme. L'ouverture des postes de secours de Sainte-Marine et de l'Ile-Tudy aura lieu mardi et le plongeoir de Sainte-Marine sera déplacé. Gestion des espaces naturels et de la dune. Suite à la présentation du dossier Papi, celui-ci a été validé avec certaines réserves amenant le comité syndical à autoriser le président à désigner un bureau d'études agréé, trouver un maître d'oeuvre et mettre en place un comité d'experts. Le maître d'oeuvre devra réaliser l'étude diagnostic et programme de travaux sur le corps de la digue, ainsi que l'ouvrage vannes de Kermor, l'étude de gestion de houle et d'agitation, l'étude hydraulique et hydrologique sur l'ensemble du polder et la mise en oeuvre et le suivi des dossiers de demande d'autorisations administratives. Une autorisation de défrichement a été votée dans le cadre du confortement dunaire et de la mise en oeuvre de la levée de terre en arrière de la dune. Dans le cadre de l'instauration du Papi, un chargé de mission, ingénieur en contrat CDD, sera employé à dater du 1erseptembre. Convention avec la Satmar. La convention arrivant à son terme, la Satmar sera autorisée sur une période de 15ans avec, pour consigne, que le niveau de l'étang de mer soit rabaissé à 20cm de la borne d'alerte entre le 15décembre et le 15mars de chaque année. Enfin, au niveau des questions diverses, les élus ont validé le rachat de la partie de la parcelle du terrain Castric à hauteur de 19m².

    in "Le Télégramme"

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • le Mercredi 13 Juin 2012 à 06:22

    Sur l'ïle Tudy en Bretagne, l'urbanisation (irréfléchie ?) des années 1950 place directement plusieurs centaines d'habitations sous la menace d'une montée subite des eaux. Les autorités locales cherchent aujourd'hui des solutions pour sécuriser ces habitations.

    Sur l'île Tudy, quelque 300 maisons sont sous la menace de la montée des eaux © Radio France - Anne-Laure Barral

    L'ile Tudy, dans le pays bigouden, n'est plus une île depuis 1852 et la construction de la digue de Kermor. Le village a ainsi gagné des terrains sous le niveau de la mer, dans ce que l'on appelle le polder. L'idée était de faire des terres agricoles.
    Mais dès la fin des années 1950, l'urbanisation a pris le dessus : les simples abris de l'après-guerre côtoient les belles villas en granit local.

    Aujourd'hui, il y a près de 300 pavillons dans le polder. Au fur et à mesure des évolutions de l'urbanisme, les habitants qui voulaient construire ont dû se soumettre à des normes prenant en compte les risques d'inondations. La première en 1992 après Vaison-la-Romaine, et la dernière fait mal puisque depuis la tempête Xynthia, plus aucun permis de construire n'est accordé dans la zone du polder. Une quarantaine de propriétaires se retrouvent ainsi lésés.

    La question des maisons basses

    Pour l'Etat, il s'agit de ne pas augmenter le nombre d'habitants soumis au risque. Mais que se passe-t-il pour ceux qui vivent dans des maisons basses sans étage en plein cœur du polder ?
    Documents d'information, exercice d'évacuation... Un festival aussi a pris les choses en main. L'association culturelle Effet Mer organise à la Pentecôte une série de spectacles et de conférences intitulés "Si la mer monte".  

    Des hypothèses émergent : raser les maisons à risque en proposant d'autres terrains, construire sur pilotis, casser la digue et rendre le polder à la mer. Quelles options seront choisies ? Sans doute, celle que dictera un jour la nature.

    La rue des Tempêtes, sur l'île Tudy © Radio France Anne-Laure Barral

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les travaux de renforcement du cordon dunaire, engagés dans le secteur du Treustel, ont été réceptionnés mercredi. Ces travaux constituent la première et principale défense contre la mer. Ils doivent être régulièrement renouvelés pour que le cordon dunaire puisse continuer à assurer son rôle et garder son aspect naturel. L'intervention retenue a porté sur les deux versants de l'actuel cordon (maritime et terrestre) sur deux secteurs sensibles, soit environ 500m. Les travaux comprenaient la restauration du revers dunaire dans l'ossature de son relief et de sa couverture végétale.

    650 mètres de ganivelles

    Treustel. La dune se refait une santé

    Les principaux acteurs de la préservation du cordon dunaire
    étaient réunis, mercredi, sur la zone du Treustel.

    Ces travaux d'urgence ont été engagés entre le 10octobre et le 15décembre derniers. Ils ont débuté par la coupe de résineux puis par des apports de sable marin venu de l'estran local et de Vendée qui ont permis d'élargir le haut de la dune avec un replat de 8m de large. Un revers arrière avec une pente de 3 pour 1 a été réalisé, donnant une largeur de 25m à la base de la dune. Le sentier côtier a ensuite été dévié sur le revers de la dune, 650m de ganivelles ont été posées en crête et en pied de dune. Elles vont permettre de piéger le sable pour engraisser la dune, mais aussi de canaliser le public. La végétalisation du replat de la dune a ensuite été entreprise avec la plantation d'oyats. À l'issue d'une période de deux ans, (automne 2013) et si les résultats sont satisfaisants, les 800m de dune restants seront restaurés suivant le même principe. La totalité du coût des travaux, qui ont obtenu la labellisation du préfet de région le 3avril dernier, s'élève à 2,950MEUR. Ils sont financés à 70% comme suit: 40% par l'État; 30% par le Département et 10% par la Région pour les études. in "Le Télégramme"

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Lors de la réunion du Sivom, mardi dernier, les élus ont pris connaissance de l'avancée du dossier concernant les futurs travaux de validation du «Papi» (Programme d'action et de prévention des inondations) que le Sivom de Combrit-Sainte-Marine-l'Ile-Tudy se doit de mettre en place.

    Combrit-Sainte-Marine. Le dossier de la dune en bonne voie

    L'avenir de la dune, et surtout des constructions situées en dessous de la potentielle ligne de submersion, est en jeu et une commission de quatre personnes issues des deux communes s'est déplacée, la semaine dernière, à Orléans, pour défendre le projet au niveau national.

    Mise en oeuvre urgente

    Devant la commission inondations du Plan Loire du comité de bassin Loire-Bretagne, au siège de l'Agence eaux, pays de Loire-Bretagne, Jean-Claude Dupré a présenté et défendu le dossier concernant la défense rétro littorale de la zone. M.Boudon, représentant la DDTM, a pris la parole pour rappeler l'importance que le préfet du Finistère, Jean-Jacques Brot, accorde à ce dossier tout en signalant l'urgence de le mettre en oeuvre. À l'issue de ces débats, le comité de bassin Loire-Bretagne a émis un avis favorable au dossier de Papi, sous réserve d'un ajustement du programme d'actions pour retirer les points non éligibles à un soutien financier de l'État, de faire appel à un bureau d'études agréé pour le suivi de la réalisation, de garantir la pérennité de l'entretien nécessaire minimal du cordon dunaire, et notamment, de garantir la compatibilité entre les enjeux de protection immédiate avec les enjeux du site classé, tous points réalisables.

    Réflexion à long terme

    Il sera aussi demandé au Sivom de prendre en compte l'élargissement des risques encourus par l'ensemble du Polder et de la pointe de l'Ile-Tudy, entre autres sur les zones urbanisées vulnérables, aussi d'initier dans le cadre de ce Papi une réflexion à long terme sur les risques d'inondation et de définir les objectifs et les actions à mener. Pour cette validation définitive qui ouvre jusqu'à 70% de subventionnement possible, le Sivom devra démontrer la pertinence de la solution retenue.

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Lors de la réunion du Sivom, mardi dernier, les élus ont pris connaissance de l'avancée du dossier concernant les futurs travaux de validation du «Papi» (Programme d'action et de prévention des inondations) que le Sivom de Combrit-Sainte-Marine-l'Ile-Tudy se doit de mettre en place.

    Combrit-Sainte-Marine. Le dossier de la dune en bonne voie

    Première partie des travaux de renforcement de la dune,
    la nouvelle ligne de cordon dunaire est établie et arborée.

    L'avenir de la dune, et surtout des constructions situées en dessous de la potentielle ligne de submersion, est en jeu et une commission de quatre personnes issues des deux communes s'est déplacée, la semaine dernière, à Orléans, pour défendre le projet au niveau national.

    Mise en oeuvre urgente

    Devant la commission inondations du Plan Loire du comité de bassin Loire-Bretagne, au siège de l'Agence eaux, pays de Loire-Bretagne, Jean-Claude Dupré a présenté et défendu le dossier concernant la défense rétro littorale de la zone. M.Boudon, représentant la DDTM, a pris la parole pour rappeler l'importance que le préfet du Finistère, Jean-Jacques Brot, accorde à ce dossier tout en signalant l'urgence de le mettre en oeuvre. À l'issue de ces débats, le comité de bassin Loire-Bretagne a émis un avis favorable au dossier de Papi, sous réserve d'un ajustement du programme d'actions pour retirer les points non éligibles à un soutien financier de l'État, de faire appel à un bureau d'études agréé pour le suivi de la réalisation, de garantir la pérennité de l'entretien nécessaire minimal du cordon dunaire, et notamment, de garantir la compatibilité entre les enjeux de protection immédiate avec les enjeux du site classé, tous points réalisables.

    Réflexion à long terme

    Il sera aussi demandé au Sivom de prendre en compte l'élargissement des risques encourus par l'ensemble du Polder et de la pointe de l'Ile-Tudy, entre autres sur les zones urbanisées vulnérables, aussi d'initier dans le cadre de ce Papi une réflexion à long terme sur les risques d'inondation et de définir les objectifs et les actions à mener. Pour cette validation définitive qui ouvre jusqu'à 70% de subventionnement possible, le Sivom devra démontrer la pertinence de la solution retenue

    in"Le Télégramme"

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique