• Ce guide méthodologique fait suite à une étude de 3 ans menée par Rivages de France, le Conservatoire du littoral et Veolia Environnement. Destiné aux collectivités littorales, il leur propose un protocole pour mettre en oeuvre un nettoyage raisonné des plages, des conseils pour convaincre de l'importance de la démarche et des fiches techniques pour faciliter sa compréhension

    Télécharger la première partie du guide

    Télécharger la seconde partie du guide

     

     

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Télécharger « RP-59396-FR.pdf »

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Rapport COUSIN

    • Date de parution : 2011
    • Éditeurs : Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement
    • Nombre de pages : 61 pages

    Ce rapport propose une feuille de route nationale en matière de lutte contre l’érosion côtière et le recul du trait de côte, a été élaboré par un groupe de travail issu du Grenelle de la mer. Il s'aricule autour de quatre axes :
    • Réaliser une cartographie de l’évolution de l’érosion côtière afin d’identifier des "zones à érosion forte",
    • élaborer des "stratégies locales" partagées entre les acteurs dans les zones prioritaires, en conditionnant notamment les autorisations de construction de dispositifs de défense contre la mer à la réalisation d’études d’impact,
    • renforcer la prise en compte de l’érosion côtière dans les documents de planification et d’urbanisme, les plans de prévention des risques et les autorisations d’occupation du domaine public maritime,
    • lancer un appel à projets, au bénéfice des collectivités locales, pour expérimenter les solutions de "repli stratégique" et de "relocalisation des biens et des activités".

    Il devrait servir de base à l'élaboration de la future stratégie nationale de gestion du trait de côte, officiellement lancée fin 2011.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La section Quimper-Pays bigouden de Bretagne Vivante, par la voix d'Alain Thomas, revient sur la situation du polder de Combrit et de l'Ile-Tudy, et propose des pistes de réflexion.

    Dans un courrier, Bretagne Vivante rappelle les actions menées jusque-là pour préserver l'endroit de la submersion. «Au cours des dernières décennies, diverses initiatives ont été prises pour répondre aux effets de l'érosion du trait de côte, en particulier dans sa partie ouest (...). Aujourd'hui, force est de constater que ces parades, les unes après les autres, se sont montrées inefficaces sur la durée. La mer continue en effet à tenter de forcer le passage à la hauteur du Treustel». «La prise de conscience au sommet de l'État de la fragilité de certains littoraux suscitée par la tempête Xynthia et l'opportune mise à disposition de sédiments dans le cadre du désenvasement prochain de deux ports bigoudens donnent naissance à un nouveau scénario à coloration écologique présenté, sans réel débat, comme adapté à la situation (...).

    Faire un choix plus courageux et innovant

    Alors, oui, il y a une réelle possibilité de voir l'océan pénétrer prochainement dans le polder et les différents acteurs ont raison de se soucier de la question. (...) Entre gens raisonnables, il va de soi qu'il faut se soucier de cet état de fait et voir comment protéger au mieux ce qui peut l'être. En prenons-nous le chemin avec ce nouveau dispositif qui se donne une allure de réponse alternative écologique car dépourvue de béton? L'édification d'une digue en terre adossée à l'arrière du cordon dunaire sur un kilomètre et demi reste dans le droit fil d'une philosophie rigide, celle du «il faut tenir coûte que coûte la ligne de front», une philosophie de plus en plus contestée par la communauté scientifique! Allons-nous, une fois encore faire le choix de la solution de court terme et laisser aux générations futures la responsabilité de choix plus innovants, plus courageux? (...) Est-il rétrograde ou alors résolument moderne de considérer qu'il est possible de concevoir un scénario permettant, tout à la fois, de restaurer substantiellement le milieu le plus productif des écosystèmes sous nos latitudes et d'envisager des ouvrages de défense du bâti en retrait là où on considérerait que des biens doivent être protégés? (...) Bretagne Vivante-SEPNB est disponible pour apporter sa contribution à une telle réflexion élargie.

    in "Le Télégramme"

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique