• Évènements climatiques exceptionnels en Bretagne depuis 1970

    Type de la donnée : [état de l'environnement]

    La douceur du climat breton n’est qu’apparente. Il est en fait très variable et n’est pas exempt de phénomènes exceptionnels comme les vagues de froid, de chaleur, les tempêtes, orages ou encore les sécheresses.

    Les principaux évènements depuis 1970

     

    Fichiers à télécharger :TéléchargerAperçu
    Les principaux évènements depuis 1970   vignette.jpg (100,89 kB)   à l'écran

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Évolution du niveau de la mer à Brest depuis 1846

    Type de la donnée : [état de l'environnement]

    Le Service hydrographique et océanographique de la marine a reconstitué la série des mesures du niveau marin effectuée à Brest depuis près de 300 ans. Cette série de mesures du niveau de la mer est la plus longue en France, voire dans le monde.

    Evolution entre 1846 et 2014

     

    Fichiers à télécharger :TéléchargerAperçu
    Evolution entre 1846 et 2014   SHOM_Variation-niveau-marin-brest-1846-2014.jpg (95,57 kB)   à l'écran

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
    • La déchetterie rouvre ses portes ce mardi. La déchetterie rouvre ses portes ce mardi. | 

    La déchetterie de Kerbénoën, fermée depuis janvier pour agrandissement, modernisation et mise aux normes, rouvrira ses portes mardi 12 mai. Mise en service en 1997, la déchetterie de Kerbenoën souffre depuis quelques années de sa petite taille. L'apport de volumes toujours plus importants de déchets (5 283 tonnes en 2013) a rendu sa modernisation indispensable. La Communauté de communes du Pays bigouden sud (CCPBS) profite également de la nécessité de répondre à l'évolution de la réglementation (nouvelles normes pour les déchetteries) et à l'évolution des quantités de déchets apportés en déchetterie (tri et séparation des flux) pour l'agrandir, la sécuriser et la mettre aux normes.

    Une superficie de 3 565 m2

    Les travaux de modernisation, d'un coût de 460 000 €, financés par le conseil général et l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) ont permis d'améliorer la sécurité des usagers et des agents. Sa surface augmente de 1 050 m² pour atteindre 3 565 m². Les accès et la circulation intérieure ont été revus pour plus de sûreté et de fluidité. La nouvelle organisation associée à la création d'une voie de sortie permet de séparer complètement le flux des utilisateurs et celui des camions des exploitants. Au niveau des bennes, les risques de chutes sont réduits par la pose de murets d'une hauteur d'un mètre. Le dépôt de déchets verts et de gravats se fait dans des silos situés en contrebas de la déchetterie et au sol. Ce nouvel aménagement a l'avantage de faciliter la tâche des utilisateurs équipés de remorques et de supprimer les chutes liées à cette manipulation dangereuse lorsqu'elle s'effectuait dans des bennes.

    Une meilleure valorisation des déchets

    De plus, elle permet d'augmenter la valorisation des déchets en accueillant un casier pour les gravats et un casier pour les déchets verts ainsi qu'une benne au sol pour recevoir les plaques de plâtre. Dans l'ancienne déchetterie, les encombrants n'étaient pas triés. Dans la nouvelle, ils seront séparés en quatre flux pour être valorisés : le bois, les incinérables, les déchets ultimes 2 et dans un second temps les meubles (le tri des meubles s'effectuera ultérieurement car l'organisme Écomobilier, qui gère cette filière pour la CCPBS, croule sous les demandes et doit planifier l'aménagement des déchetteries).

    La déchetterie est ouverte du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 11 h 50 et de 14 h à 17 h 50 et le samedi de 9 h à 11 h 50 et de 14 h à 17 h 50 (l'accès aux professionnels n'est pas autorisé ce jour-là). (in Ouest-France)

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
    • Mein ha dour a réhabilité le lavoir-fontaine de Kerno. Mein ha dour a réhabilité le lavoir-fontaine de Kerno. | 

    Dans le cadre de leurs actions de préservation et de mise en valeur du patrimoine, les membres de l'atelier chantier de l'association Mein ha dour se sont déplacés sur le site du lavoir de Kerno afin de le remettre en état. Après avoir remplacé les rondins des marches de l'escalier d'accès au lavoir ils ont refait son étanchéité et continué le curage du ruisseau. Les rondins ont été mis gracieusement à la disposition de l'atelier par la Communauté des communes gestionnaire des terrains du conservatoire. in (Ouest-France)

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Comment chasser les limaces sans polluer l’eau ?

    Comment chasser les limaces sans polluer l’eau ? 

    Quel jardinier en ce moment n’est pas à l’affût des limaces « embusquées » ? La chasse aux limaces bat son plein. Mais attention à la pollution de l’eau. De nombreux produits vendus pour détruire les limaces contiennent des métaldéhydes. Une fois qu’ils atteignent les milieux aquatiques, il est très difficile de s’en défaire. Leur élimination pour produire de l’eau potable est difficile, onéreuse, voire impossible. Il existe des alternatives plus respectueuses de la qualité de l’eau. Découvrez-les dans une brochure qui vient de paraître, éditée par la fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles de Bretagne

    En savoir plus :

    http://draaf.bretagne.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/PLAQUETTE_METALDEHYDE_cle473227.pdf

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Renard ou Goupil ?

    Le terme « renard » est communément employé pour désigner différentes espèces de mammifères carnivores de la famille des canidés, souvent du genre Vulpes, proche du loup.

    Ici, il s'agira du renard roux, Vulpes vulpes en latin.

    Mais savez-vous comment on appelait ce renard auparavant ? Un goupil. C'est le Roman de Renart, recueil de récits médiévaux français, qui lui donnera ce nouveau nom : dans ce roman où les animaux sont personnifiés, le goupil s'appelle Renart et est très rusé !

    Un habitat variable

    Membre de la famille des Canidés, le renard roux est un carnivore. Il est même le carnivore le plus abondant et le plus répandu dans le monde !

    Il faut dire qu'il s'adapte à toutes sortes d'habitat. Considéré comme un animal forestier, le renard peut aussi élire domicile dans la campagne cultivée, les broussailles, les landes, la montagne (jusqu'à 2500 m) et même la ville pour peu qu'il y ait des jardins !

    Petit et facilement reconnaissable

    Pesant de 6 à 10 kg, le renard mesure entre 58 et 90cm de la tête à l'arrière du corps.

    La queue, quant à elle, peut atteindre 48 cm. Plutôt bas sur pattes, sa hauteur varie entre 35 et 40 cm.

    Ses griffes ne sont pas rétractiles.

    Il arbore un museau allongé, des oreilles pointues, dressées, noires, en arrière, une longue queue touffue, plus ou moins blanche à l'extrémité, des lèvres blanches : le renard est facilement reconnaissable !

    Chez nombre d'entre eux, une bande noire ou brune se dessine entre l'œil et le coin de la gueule. Eclairés par une lampe électrique, ses yeux ambrés, peuvent paraître bleus ou blancs.

    De loin, il paraît comme un chien-loup, mais sa longue queue touffue fait la différence
    © Patrick Barré / ONF De loin, il paraît comme un chien-loup, mais sa longue queue touffue fait la différence

    Du beige au brun, en passant par le roux

    Il doit son nom de renard roux à son pelage généralement brun-roux.

    Mais il peut varier du beige au brun et au roux vif. Son ventre et l'intérieur de ses pattes sont d'ailleurs blancs.

    Quand le printemps arrive, la mue rend son pelage bigarré. Les nouveaux poils apparaissent d'abord en bas des pattes puis remontent le haut du corps : les flancs en juillet, le dos et la queue à la fin août.

    Au début de l'hiver, le pelage s'épaissit encore.

    Adepte de la tranquillité

    Le renard préfère sortir la nuit mais il n'est pas rare de pouvoir l'observer en journée.

    La surface de son territoire varie selon l'abondance des proies, les emplacements disponibles pour le terrier et la structure du paysage. Il marque ses frontières de diverses manières : crottes, urine, sécrétion des glandes situées entre les doigts de ses pattes...

    Il creuse lui-même son terrier ou emprunte celui des lapins ou des blaireaux, avec qui il peut cohabiter.

    On peut repérer son passage grâce à l'empreinte de ses pas : semblable à celle d'un chien, en plus allongée, elle comporte quatre pelotes digitales et quatre griffes. S'il est au pas ou au trot dans la neige, ses empreintes sont alignées. Lorsqu'il bondit, elles semblent groupées par quatre, dans un trapèze.

    Son rythme de marche se situe entre 6 et 13 km/h mais sur de brèves distances, il est capable de sprinter à 60km/h.

    Un chasseur opportuniste

    Quelles sont ses proies ? Un peu de tout !

    Rongeurs, lagomorphes, oiseaux, insectes, œufs, lombric, quelques musaraignes et taupes à l'occasion... Lorsqu'il capture des proies en trop, il les cache et retourne les chercher s'il doit faire face à une disette momentanée.

    Il profite aussi des dépôts d'ordure ou des tas de compost. Peu difficile, il mange aussi les fruits tombés en été et en automne.

    En une journée, il ingère environ 500g de nourriture, qui lui apporte 120 kca.

    Sa technique de capture est surprenante :il saute à pied joint sur sa proie ! Cette technique particulière s'appelle le mulotage.

    Vivant en petit groupe, le renard a une espérance de vie courte

    Longtemps considéré comme un animal solitaire, le renard vit en fait en couple ou en groupe de 3 à 6 individus, comportant un mâle, une femelle dominante et jusqu'à 3 à 4 femelles de rang inférieur.

    Comment différencie t-on le mâle de la femelle ? Difficilement, même si on peut noter que le mâle est en général un peu plus gros.

    La saison de l'accouplement s'étale de décembre à février : les testicules des mâles augmentent 6 fois de volume ! Après la parade où hurlements et aboiements résonnent, l'accouplement comprend une periode ou les deux partenaires sont comme attachés par leur sexe (le vérouillage) qui peut durer plus d'une heure..

    La gestation dure 52-53 jours. Les quatre ou cinq renardeaux pèsent seulement 100 g à la naissance : leur fourrure est brun foncé velouté. Très vite leur face devient rousse, le museau s'allonge, les oreilles grandissent...Après 6 mois, on ne peut guère les distinguer des adultes.

    L'espérance de vie des renards tourne autour des deux-trois ans, mais en captivité, ils peuvent atteindre dix-onze ans

    Statut de l’espèce

    Le renard fait partie de la liste nationale des espèces susceptibles d'être classées nuisibles, à cause des prédations qu’il commet sur les espèces sauvages et domestiques et des maladies qu'il peut véhiculer. Cependant, en France, la rage du renard a été officiellement éliminée en 2001.

    Il faut noter qu’il a un impact positif sur la régulation des populations de rongeurs et participe à la sélection des meilleurs et à l'élimination des faibles, des malades et des morts, évitant ainsi pullulation ou épidémies.

    Son statut d'espèce "nuisible" est défini tous les ans dans chaque département. II peut alors être détruit par piégeage, par tir ou par déterrage

    http://www.onf.fr/

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Collecte de bacs jaunes : c’est parti

    Bacs jaunes

    Poubelle CCPBSLundi 13 avril. C’est le jour J. Un grand moment dans le monde des déchets bigoudens ! Au-delà du clin d’œil, c’est un tournant important : le passage effectif du sac au bac jaune pour la collecte des déchets recyclables.

     

    Adieu donc les sacs, vous pouvez dès lundi pour les secteurs concernés par la collecte votre bac flambant neuf.

     

    Mettez tous vos déchets recyclables en vrac à l’intérieur ainsi que vos papiers.

     

    Pour connaître le jour de collecte, la première chose à faire est de regarder sur votre bac. Un autocollant vous indique le jour de la semaine auquel vous allez être collecté ainsi que la semaine paire ou impaire.

    En savoir plus  :

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire