• Submersion marine et risque : le flou autour du Cap-Coz

     Mickaël DEMEAUX.

    Enquête

    Quel contraste ! Allongé en ce moment sous le soleil sur cette belle et longue plage de sable fin, face à la mer émeraude, difficile de croire qu'au même endroit, l'hiver dernier, c'était la furie.

    Même abrité au fond de la baie de la Forêt, Cap-Coz n'a pas échappé aux déferlantes des tempêtes du large. Par chance, les maisons cosy de ce quartier balnéaire n'ont pas subi trop de dégâts, comme ce fut le cas par exemple à la thalasso de Douarnenez.

    Mais les propriétaires et les commerçants qui bordent le littoral ont pu se rendre compte que le réchauffement climatique et la montée des eaux ne sont pas une vaine constatation. Ce fait scientifique, qui a priori ne souffre pas de contestation, est pourtant malmené tant le flou qui règne autour du classement du Cap-Coz en zone risque aux submersions marines, est important de la part de l'État.

    Mystère

    Nous sommes début 2012. Le 12 janvier, la préfecture du Finistère annonce, à grands renforts de communication, le lancement des études d'élaboration du plan de prévention des risques littoraux (PPRL). Cette annonce est la conséquence de la consigne gouvernementale donnée à tous les préfets après la terrible tempête Xynthia : il faut s'emparer de la question de la submersion marine sur nos côtes. Dans le Finistère, douze communes sont concernées, dont Fouesnant.

    La préfecture promet à l'époque l'organisation de réunions, des consultations de la population, des réunions publiques et des enquêtes publiques vers la fin 2013. Nous sommes en juillet 2014, et rien n'a encore vu le jour. Pourtant, en interne, dans les services, on travaille sur la question... Et, selon les documents établis ces derniers mois, un coup Cap-Coz est en zone à risque, un autre, il ne l'est plus. Pourquoi ? Mystère.

    Documents

    Selon un premier document, datant de décembre 2010, et diffusé en janvier 2011, une partie de Cap Coz est dans le rouge. Cette partie, qui va de la Descente de Bellevue jusqu'à l'avenue la Pointe de Cap-Coz, se situe dans la zone appelée « zone de dissipation à l'arrière du cordon dunaire ».

    2013. La préfecture adresse à la mairie une nouvelle étude sur les risques de submersion marine, qui « annule et remplace les cartographies des zones basses diffusées en janvier 2011 ». Et oh ! Surprise : Cap Coz n'est plus en zone de dissipation d'énergie de la houle...

    2014. Selon un document que nous nous sommes procuré, une carte de synthèse présentant le plan de prévention des risques littoraux, on ne parle plus de « zone de dissipation », mais de « Principales zones soumises au franchissement » de la mer. Et là Cap-Coz repasse dans le rouge... Pourquoi ? Mystère encore.

    Cette carte, connue des seuls services de l'État pour l'heure, devrait être soumise à enquête publique. La seule question, c'est quand ? Certains élus fouesnantais pensent que l'enquête se déroulera en octobre ou novembre. Mais l'État semblerait moins pressé. Et on évoque 2015.

    « Pas de risque zéro »

    Pour la commune, classer Cap-Coz en « zone de dissipation de la houle » est un enjeu important. Si une partie du quartier est marquée de rouge, donc à risque, toute nouvelle construction sera impossible. Mi-juillet, le tribunal administratif de Rennes a d'ailleurs annulé le permis de construire d'un riverain en se basant sur le document de 2011. La municipalité n'est pas d'accord avec le jugement. Elle devrait faire appel. Mais cela prouve la bataille qui se joue autour de ce dossier.

    Pour le maire Roger Le Goff, il n'y aurait pas vraiment d'inquiétude à avoir. « Cap-Coz est vraiment abrité au fond de la baie. Il n'y a pas vraiment de danger, à mon sens, même si le risque zéro n'existe pas. Et puis quand il y a des tempêtes, nous savons prendre rapidement des arrêtés. »

    Pour l'écologiste fouesnantais Vincent Esnault, « le maire est au courant de la nouvelle carte qui se prépare. Il faut donc tenir compte de ces informations et de l'hiver dernier pour stopper l'urbanisation. Historiquement, tout le monde sait que Cap-Coz est une zone de submersion marine ».

    Ce que tout le monde sait, c'est que les éléments restent toujours imprévisibles.

    in "Ouest France"

    Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :