• A l’ancienne école Saint Joseph, les services techniques ont nettoyé le terrain, sécurisé les bâtiments et mis à niveau le mur d’enceinte, une lisse en bois va remplacer le mur côté rue du Général de Gaulle. Un jardin

     public est en cours d’aménagement : pelouse, jardin fleuri et labyrinthe arboré composé d’essences diverses : six espaces sur une surface totale de 735 m2.

    Jardin st Joseph 2

    Le park ar Treizour, près du lavoir du port, est lui aussi en plein chantier. Après un débroussaillage du terrain et la démolition de l’ancien garage, la pose d’une canalisation d’eau permettra d’alimenter le lavoir. Ces travaux sont réalisés en régie. La réfection du mur sera effectuée par une entreprise. Le projet prévoit la plantation de fruitiers et la pose de plaques émaillées d’information sur le bac à vapeur. L’ouverture officielle est prévue au mois de mai 2016.

    A la mairie, après quelques travaux d’aménagement extérieur, un modulaire accueillera trois services : le CCAS, le pôle jeunesse et la police municipale, permettant d’améliorer les espaces de travail et l’accueil du public.

    A Bonèze, la pose de la première pierre pour le lancement d’une deuxième tranche de travaux est prévue le 7 octobre.

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le permis de construire pour le restaurant scolaire a été déposé. L’ouverture est prévue au premier trimestre 2017.

    Les travaux d’aménagement du pôle nautique à Kérobistin devraient commencer au mois de février. La demande de permis de construire a également été déposée.

    L’aménagement de deux cours de tennis en béton poreux, à proximité de l’Espace sportif, est programmé au printemps.

    Les travaux de réfection de la voirie et la pose de nouveaux lampadaires Impasse des Tourterelles sont programmés en début 2016.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • http://carmen.carmencarto.fr/38/dpm.map

     

    Le domaine public maritime (DPM) constitue une partie de la frange riveraine de la mer ; il repose sur l'appropriation par l’État de la zone marine et littorale pour des raisons d'intérêts collectifs. Cette appropriation est très ancienne puisque les rivages de la mer faisaient partie, sous l'ancien régime, du domaine royal devenu inaliénable après l'édit de Moulins de février 1566. Le DPM est constitué, d'une part, du domaine public maritime naturel qui inclut les rivages aux plus hautes et plus basses eaux des plus fortes marées, les étangs salés en communication directe avec la mer, les lais et relais de la mer et la mer (sol et sous-sol inclus) jusqu'à la limite des eaux territoriales et, d'autre part, du domaine public maritime artificiel qui inclut notamment les ports, les terrains soustraits artificiellement à l'action de la mer en application d'une autorisation administrative (concession d'endigage notamment), les ouvrages de protection contre la mer tels que les digues. Le DPM est délimité selon des règles fixées par le décret n° 2004-309 du 29 mars 2004 relatif à la procédure de délimitation du rivage de la mer, des lais et relais de la mer et des limites transversales de la mer à l'embouchure des fleuves et rivières (J.O. n° 76 du 30 mars 2004, page 6079).

    De nos jours, sur les littoraux métropolitains, on entend par DPM :

    - d’une part l’estran au sens le plus large du terme, c’est-à-dire l’espace couvert et découvert entre les basses et les hautes mers de vives eaux,

    - d’autre part depuis la loi du 28 novembre 1963 relative au DPM le sol et le sous-sol de la mer territoriale, large de 12 miles marins, ainsi que les lais et relais de la mer, terrains émergeant au dessus du niveau atteint par les plus hautes marées.

    Lots de chasse sur le DPM :

    Les zones qui sont chassables (Article D.422-116) sont normalement loués par voie d'adjudication aux enchères publiques et les locations qui en résultent sont régies par un cahier des charges générales établi par le ministre chargé de la chasse, le ministre chargé du domaine et le ministre chargé de la mer.

    Arrêté du 8 avril 2005 portant approbation du cahier des charges fixant les clauses et conditions générales de la location par l'Etat du droit de chasse sur le domaine public maritime, sur les étangs et plans d'eau salés domaniaux et sur la partie des cours d'eau domaniaux située à l'aval de la limite de salure des eaux, à l'exclusion des circonscriptions des ports autonomes maritimes, pour la période du 1er juillet 2005 au 30 juin 2014, et abrogeant l'arrêté du 29 mai 1975 fixant la liste des espèces de gibier dont la chasse est autorisée sur le domaine public maritime et la partie des cours d'eau domaniaux située à l'aval de la limite de salure des eaux - J.O n° 95 du 23 avril 2005 page 7120

    Toutefois le Code de l'environnement (Article D.422-120) a prévu que ces lots pouvaient être loués à l'amiable à des associations qui obéissent à certaines règles fixées par arrêté ministériel et qualifiées d'« associations de chasse maritime ». Ces associations doivent adopter des statuts types obligatoires qui prévoient en particulier les conditions d'admission des adhérents car ces associations dites « de chasse maritime » doivent être ouvertes à l'adhésion de tout porteur de permis de chasser ou autorisation assimilée valable, dès lors que cette adhésion est sollicitée avant le 01-08 de l'année 3 (A.M. du 14-05-1975). Elles sont soumises au cahier des charges générales et particulières des clauses de location.

    Réserves de chasse maritime :

    A partir de 1973 a été mis en place un réseau de réserves de chasse sur le domaine public maritime (JO des 29 juillet 1973, 13 août 1974, 16 mai 1975, 7 août 1975 et 14 octobre 1976 où ces réserves

    sont définies.) (Loi du 24 octobre 1968 sur la chasse maritime et décret d’application du 25 septembre 1972 n°72-876). Dans les instructions ministérielles établies tous les 9 ans à l’occasion du renouvellement des baux de chasse sur le DPM, il est rappelé que l’objectif de ces réserves est double : « faciliter la migration de toutes les espèce aquatiques qui traversent notre pays en leur assurant des lieux d’escale (réserves refuges) et permettre la reproduction des espèces de gibier d’eau qui nichent régulièrement dans notre pays ». Ces réserves sont instaurées pour la durée des baux et peuvent être renouvelées. Elles peuvent aussi avoir le statut de réserve naturelle ce qui accroît leur protection et leur assure la pérennité.

    Zone de chasse maritime (art. L422-28 Code environnement) est quant à elle composée :

    l - du domaine public maritime (DPM),

    2-d'une partie du domaine public fluvial, constituée par les estuaires des fleuves, en aval de la limite de salure des eaux,

    3-de la mer dans la limite des eaux territoriales.

    ZLEC : Zone de limitation de l’exercice de la chasse (à durée limitée)

    Avertissement :

    Le présent avertissement rappelle les droits et obligations des utilisateurs vis à vis des informations mises à disposition.

    L’ utilisation des données devra tenir compte des caractéristiques et des limites indiquées dans les métadonnées qui leur sont associées. Les utilisateurs sont mis particulièrement en garde contre toute interprétation, utilisation ou présentation des données à une échelle plus grande que celle indiquée dans les métadonnées. Les informations mises à disposition ne sont pas fournies en vue d'une utilisation particulière, et aucune garantie quant à leur aptitude à un usage particulier n'est apportée par le service fournisseur. Les données mises à disposition sont mises à jour par leur producteur dès qu’une modification le justifie. L'utilisateur est invité à se reporter régulièrement au site Internet de la source, afin de s’assurer de la validité de la version dont il dispose. Le présent avertissement ainsi que la fiche de métadonnées associée à chaque lot d’information mis à disposition ont pour objet de rappeler aux utilisateurs les contraintes juridiques et techniques qui lui sont attachées. Il est invité à informer le service mettant les informations à disposition des erreurs et anomalies qu'il pourrait éventuellement relever dans ces informations, ce service restant libre d'apprécier la suite à donner à ce signalement.

    Les informations présentées sur ce site sont donnés à titre indicatif et n’ont aucune valeur réglementaire ou légale.

    (Source : ONCFS

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Jours de chasse :

    Au choix deux jours par semaine : dimanche , lundi , jeudi , samedi .
    Horaires :jusqu'au 24 octobre :  8h30 - 19h  ensuite 25 octobre - 29 février 8h30 - 17h30


    Il n'y a pas de chasse les mardi, mercredi et vendredi.
    A noter : l
    a chasse au gibier d'eau ( canards ) sur le domaine public maritime ,  est autorisée tous les jours de la semaine (suspendu mardi et vendredi non fériés)

    Conservatoire du littoral , dune  et Etang de Kermor

    Journées et 1/2 Journées autorisées à la chasse : Lundi matin ( 12 h ), Jeudi, Samedi matin
    La chasse est interdite les jours fériés et durant les périodes de vacances scolaires

    Prélèvements autorisés :

    Faisan : un par chasseur et par jour de chasse
    Lapin : deux par fusil , par groupe 3 maximum par secteur et par jour.

    Les prélèvements et les captures doivent êtres déclarées le jour même par sms au 06 67 18 79 45 ou par email à volantcorentin@voila.fr

    Ouverture générale :
    20 septembre, 8h30 au 29 février, 17h30

    Fermeture :
    Faisan : 13 décembre 2014
    Lapin : 10 janvier 2015

    Selon les captures enregistrées une fermeture anticipée du lapin sur certains secteurs pourrait être envisagée .
    Chasse à la bécasse , selon arrêté ministériel : maxi 30 par saison et 3 par semaine .

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Produire du bois d’œuvre dans le bocage

    Chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine
    Produire du bois d’œuvre dans le bocage
    • Type : Brochure
    • Date de parution : 2015
    • Éditeurs : Chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine
    • Nombre de pages : 20 pages

    Ce guide très complet s'intéresse aux pratiques sylvicoles pour produire du bois d’œuvre à partir des haies bocagères.

    Sommaire :

    • Le bocage producteur de bois
    • Comment pousse un arbre ?
    • Singularités et défauts du bois
    • Suivi des arbres
    • Diagnostic qualitatif des arbres
    • De l’arbre aux produits du bois
    • Utilisations du bois local
    • Les arbres du bocage

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires